1 photo originale4

La Gazette de Jean Sable, édition de décembre 2015, vient de paraître.
Vous pouvez consulter notre Gazette, édition déc. 2015, en cliquant sur le lien suivant:

Notre Association a envoyé le 22 décembre, une 3ème lettre recommandée à M Daniel Moysan, Maire de Crozon, car il n'a pas répondu aux questions posées dans notre première lettre du 6 août 2015 et il n'a toujours pas du tout répondu à notre deuxième courrier recommandé.
De plus il semblerait que des problèmes de pollutions du Loc'h qui se déverse sur la plage, génèrent des odeurs nauséabondes à Morgat.
Pour consulter cette troisième lettre, vous pouvez cliquer sur le lien suivant:

Le 13 décembre 2015
Nous souhaitons attirer votre attention: "Morgat est bien le seul port de la Presqu’île ouvert sur la baie de Douarnenez"

Nous souhaiterions également recueillir si vous le voulez, votre témoignage sur vos difficultés vécues, pour rentrer ou sortir du port, ainsi que votre avis sur l’état du port, de la plage et des abords.
N’hésitez pas à nous écrire sur ces sujets. A l’adresse : collectifdefenseportmorgat@yahoo.fr

Morgat le seul port de la Presqu’île ouvert sur la baie de Douarnenez.

Comme chacun peut le constater, le port de Morgat s'ensable inexorablement. Face à ce problème, la Mairie de Crozon reste complètement inerte,...
Bien sûr, elle propose la construction d'un épi à Rulianec, Ce n'est qu’un écran de fumée. Cet épi coûtera cher et n'empêchera nullement l'ensablement du port, De plus, sa construction, si elle se fait, car on a des doutes, est programmée, au mieux, pour la fin du mandat du Maire.
Or, ce dernier, dès le début de son second mandat, a bien précisé qu'il ne se représentera plus, ce qui, par avance, l'exonère de tout compte à rendre à ses administrés. En fait, le Maire joue la montre,
De source très proche de la Mairie , in fine , le but est de faire de Morgat un port à échouage . Ce qui, compte tenu de la houle qui y entre, revient à sa disparition pure et simple.
A court terme, les voiliers vont devoir quitter Morgat, Le mouvement a déjà commencé, quelque fois même sur les conseils de la Capitainerie qui oriente les gros voiliers vers … Camaret.
La question qui se pose est donc claire. Le port de Morgat, n'étant pas seulement celui de Crozon, mais le seul port de toute la Presqu'île donnant sur le plan d'eau exceptionnel qu'est la Baie de Douarnenez :

Est-il concevable que la Presqu'île de Crozon ne dispose plus d'aucune fenêtre sur la Baie de Douarnenez ?

Nous demandons aux personnes, qu'elles soient propriétaires d'un bateau ou pas, mais qui se sentent concernées de soutenir notre Association qui agit dans l'intérêt de la Presqu'île, intérêt économique et touristique et pour le maintien de sa tradition maritime.

Très cordialement

Le bureau de l'Association "Collectif de de Défense du Port et de l'Anse de Morgat"

lien vers Facebook: https://www.facebook.com/Collectif-De-Defense-Du-Port-De-Morgat-ts767750016647735/?fref=

.
Conférence de Presse du jeudi 26 novembre 2015

Le Télégramme du 30 novembre 2015

2015 11 30 Télégramme 8

2015 11 30 Télé2

Ouest-France le 28 novembre 2015, deux erreurs dans l'article ci-dessous. Nous demandons à Ouest-France de rectifier.
1) l'article mentionne :" le sable de la plage de Morgat ne part pas vers la plage du Portzic mais vers le large". Il faut rectifier et écrire:" le sable de la plage du Portzic ne part pas vers la plage de Morgat mais vers le large"

2) l'article mentionne : " malgré les deux courriers envoyés au maire dont le second a reçu une réponse, ....", il faut rectifier et écrire " malgré les deux courriers envoyés au maire dont le second n'a pas reçu de réponse à ce jour, ...."


L'association du collectif de défense du port et de l'anse de Morgat, vient d'être enregistrée par la sous-préfecture et compte déjà 120 adhérents.

Créée il y a deux mois, l'association ne regroupe pas seulement des plaisanciers mais aussi des personnes qui sont sensibles aux problèmes. Le collectif a été créé pour sensibiliser la population et dénoncer l'immobilisme des élus. « Quarante ans d'études stériles et coûteuses, pourtant le maire affirmait qu'il fallait aménager le port sans dénaturer le site qui est un élément essentiel au développement économique de la commune. »

Le collectif pense qu'il est urgent de faire quelque chose tant qu'il est encore temps. « Dans quelques années, le port sera à sec avec toutes les retombées économiques qui en découlent : des emplois menacés, la fermeture du centre nautique, les activités nautiques... »

Le but du collectif est d'identifier les problèmes. Il en a trouvé 23 dont six principaux, notamment la sécurité. « La passe n'est toujours pas balisée. L'espar rouge est remplacé par une bouée jaune non lumineuse. L'espar vert peut se confondre avec le palmier vert lumineux d'un restaurant de Morgat. Les pontons sont toujours attachés avec des bouts. » L'édification envisagée par la municipalité d'un épi dans le prolongement de la pointe du Rulianec est pour le collectif « inutile. Les logiciels informatiques utilisés pour les simulations des mouvements de sable n'étaient pas du tout conçus pour une configuration en colimaçon comme Morgat. Le sable de la plage de Morgat ne part pas vers la plage du Porzic mais vers le large lorsqu'il y a des tempêtes. La hauteur du sable sur la plage est actuellement au niveau de la route. »

Pour le désensablement du port et de la plage du Porzic, le collectif préconise la construction d'une digue allant du grand môle au boulevard de la plage qui sauvegarderait des inondations, permettrait d'agrandir le port avec 300 places en plus, développerait l'économie et résoudrait les problèmes d'ensablement. « Il y a 140 personnes sur liste d'attente pour une place sur le port. Bientôt, ils pourront aller s'inscrire ailleurs. »

Le Loc'h aussi

Le Loc'h et les ruisseaux sont nauséabonds : « Nous ne connaissons pas la cause de ces fortes odeurs mais nous craignons d'être confrontés à des phénomènes de pollution. » Malgré les deux courriers envoyés au maire dont le second a reçu une réponse, il n'y a pas eu de rencontre : « Nous demandons simplement au maire qu'il nous reçoive et accepte de débattre. Nous avons envoyé un courrier aux candidats des régionales. »

Suite à la validation de notre Association, et au nombre de nos Adhérents qui a dépassé la centaine en quelques semaines, veuillez trouver ci-dessous notre lettre du 17 novembre adressée à nos Adhérentes et à nos Adhérents.

Association : « Collectif de Défense du Port et de l’Anse de Morgat »

Crozon le 17/11/2015

Chères Adhérentes, Chers Adhérents,

Nous avons le plaisir de vous informer que notre Association « Collectif de Défense du Port et de l’Anse de Morgat » a été validée par la sous-préfecture de Châteaulin et que nous avons dépassé en quelques semaines, la centaine d’adhérents, ce qui prouve que les problèmes du Port et de l’Anse de Morgat sont réels et préoccupent de nombreuses personnes.

L’Association s’est donnée pour objectifs de recenser les problèmes posés aux usagers par l'état du Port de Morgat, ainsi que les conséquences de son évolution sur les plages environnantes ; de mettre en œuvre toute action d'information de la population à ce sujet ; d'interpeller les pouvoirs publics qui ont la charge de l'amélioration des conditions d'usage du port de Morgat ; d'accompagner les usagers dans les démarches qu'ils pourraient entreprendre aux mêmes fins, y compris par la saisine de l'administration ou de la justice.

Les membres fondateurs vous remercient pour votre engagement à défendre notre site si exceptionnel.

Nous vous convierons très bientôt à une réunion, pour faire le point sur les actions en cours et futures, vous écouter, dialoguer, se concerter et répondre à vos questions.
En espérant que vous viendrez nombreux, veuillez accepter, Chères Adhérentes et Chers Adhérents, nos meilleures salutations.

Catherine Roudaut

Présidente de l’Association :
« Collectif de Défense du Port et de l’Anse de Morgat »

Veuillez trouver en cliquant sur le lien ci-dessous le Dossier Presse que nous avons remis le lors de la conférence de presse du 26 novembre 2015 aux journalistes du Télégramme et de Ouest-France

Dossier Presse nov 2015.pdf

Le Collectif devient une Association

Ci-dessous l'article dans le Télégramme du 06 octobre 2015, et la photo des fondatrices et fondateurs de l'Association "Collectif de Défense du Port et de l'Anse de Morgat"

Télégramme

Initié en début d'année, le Collectif pour la défense du port de Morgat vient de se constituer en association, dont les statuts viennent d'être déposés. Ses membres réclament à présent une table ronde avec les usagers, les professionnels et les institutions.

La toute nouvelle association de défense du port de Morgat vient tout juste d'être portée sur les fonts baptismaux. Elle se donne pour objectifs de « recenser les problèmes posés aux usagers par l'état du port de Morgat, ainsi que les conséquences de son évolution sur les plages environnantes ; de mettre en oeuvre toute action d'information de la population à ce sujet ; d'interpeller les pouvoirs publics qui ont la charge de l'amélioration des conditions d'usage du port de Morgat ; d'accompagner les usagers dans les démarches qu'ils pourraient entreprendre aux mêmes fins, y compris par la saisine de l'administration ou de la justice ». « Le sable a déjà retrouvé sa place »Des travaux ont été engagés début juillet pour désensabler le chenal, mais pour l'association, « c'est du passé, le sable a déjà retrouvé sa place. On veut trouver une solution pérenne, comme celle que le maire proposait en 2008, mais qui n'a jamais été suivie. Une table ronde avec les usagers, les professionnels et les institutions, voilà ce qu'on veut », concluent les membres de l'association, qui souhaiteraient bien voir s'organiser des états généraux concernant le port.

L'association de défense du port de Morgat est ainsi constituée : Catherine Roudaut, présidente ; Joseph Drévillon, vice-président ; Philippe Cardon, secrétaire ; Thierry Fenoy, secrétaire adjoint ; Marie-Ange Bobrie, trésorière ; Pierre Balay, trésorier adjoint ; Auguste Mérour et Noël Costard, chargés de la communication ; Jean-Luc Stenuit et Roger Lucas, chargés de l'organisation des activités diverses.

© Le Télégramme

Ouest-France du 1er octobre 2015

2015 10 01 4

2015 07 03 Dragage

2015 07 03 Dragage 2

2015 07 22 Télégramme

2015 07 07 dragage 1

2015 06 30 Ouest F

2015 06 30 Ouest F 2

2015 07 01 Télégramme

2015 07 01 Télégramme 2

2015 07 01 Télégramme 3

3 bateaux échoués à l'entrée du port le dimanche 17 mai 2015 à 11 h. Impossible de rentrer sans l'aide d'un ZODIAC. Ensablement !!! Voilà peut-être la raison qui a fait annuler les régates de dimanche matin du GPEN (Grand Prix de l'Ecole Navale), à moins que ce soit le manque de vent.
C'est une dizaine de bateaux qui ont été bloqués à l'entrée du port au cours de ces 3 jours, dimanche 17 mai: (marée coefficient 100), lundi 18 mai; (coefficient 102), mardi 19 mai: (coefficient 99).

Attention au mois d'août : 1er août: coef 99, 2 août: coef 106, 3 août: coef 104, 4 août: coef 97, 29 août: coef 101, 30 août: coef 111, 31 août: coef 114

000_0215

La quille du bateau touche le fond du port. Le 19 mai 2015 à 11 heures.

2015 04 22 Article T 2

Le 9 avril 2015, une première victoire pour le Collectif de défense du port de Morgat.


Grâce au Collectif, Monsieur le Maire décide enfin d'agir et de procéder à un dragage immédiat des passes. Par la suite un dragage annuel d'entretien sera opéré. Ces mesures ont été annoncées au Conseil Municipal du 9 avril 2015. Mais elles ne sont pas évoquées officiellement dans le compte rendu de ce dernier Conseil.

Lien vers le compte rendu du Conseil Minicipal du 9 avril 2015: ci-dessous

compte rendu du CM du 9 avril 2015.pdf

Ensablement.

Le maire dévoile son plan de bataille

10 avril 2015 / Jean-Luc Padellec / © Le Télégramme 

le 10 avril 2015

Hier soir, en toute fin de conseil municipal, le maire a défloré son plan de bataille pour lutter contre l'ensablement du port de Morgat. « Un dossier d'autorisation de dragage sera déposé en préfecture la semaine prochaine », a-t-il promis. « Aujourd'hui, les travaux de la partie terrestre vont s'achever et nous avons, depuis le début de ce mandat, conformément aux options retenues en 2009-2010, réactivé le dossier maritime », a annoncé le maire hier soir, en fin de conseil municipal.

Daniel Moysan a fait état des récentes démarches entreprises par la municipalité, depuis la nomination de Jean-Pierre Robillard en février dernier, à la tête d'un groupe de réflexion. Deux réunions se sont ainsi tenues avec Nicholas Grunnet, du cabinet DHI, auteur de l'étude réalisée en 2004-2005 sur la problématique d'ensablement du port de Morgat. Celui-ci conclut que la qualité et la quantité des relevés bathymétriques réalisés depuis cette date, permettaient une validation de l'étude remise en 2006. « Il n'est donc pas nécessaire d'engager une nouvelle étude de modélisation », rapporte le maire. Qui, dans la foulée, s'est également rapproché de Bruno Vasseur, de la société Arcadis et du cabinet « In Vivo » afin de débroussailler le cadre réglementaire des opérations projetées. Un dragage avant l'été un autre chaque année.
Concrètement, on s'oriente vers un dragage selon deux temporalités. D'abord, répondre à l'urgence au niveau du chenal. Cette phase inclurait le désensablement de la passe d'accès et les abords du ponton B. Le dragage se limiterait volontairement à un volume de 10.000 m³, qui ne nécessite pas d'étude d'impact ni d'enquête publique. Puis, une seconde phase, étalée sur dix ans, avec un volume de dragage de 50.000 m³ chaque année. Cette seconde opération se ferait sur une zone élargie du chenal à la cale plaisance, et serait complétée par un enlèvement mécanique lors des grandes marées. « De cette façon, nous espérons contenir l'avancée de sable vers le port d'une part, et recharger la plage du Portzic d'autre part. Cela passera notamment par la réalisation d'un épi à Rulianec ».
Le dossier d'autorisation de dragage sera déposé en préfecture la semaine prochaine. « Nous allons plaider la notion d'urgence auprès de l'administration préfectorale », fait valoir le maire, qui espère le lancement de cette opération avant l'été. D'ici là, la société Arcadis aura également rendu sa copie détaillée. « Ainsi, nous pourrons déterminer la qualité et la quantité des travaux à effectuer, le coût global de l'opération, et lancer les appels d'offres. »

Des solutions « pérennes » Le maire répond ainsi au collectif du port de Morgat et à l'opposition municipale l'accusant d'avoir remisé ce dossier dans les placards, au profit de la restructuration de la partie terrestre. « Cette opération ne présentait pas d'éléments de difficulté au niveau de la décision », argue-t-il. « Mais aujourd'hui, nous avons avancé sur des solutions pérennes en privilégiant une politique des petits pas plutôt qu'un réaménagement global dont personne ne pouvait garantir la pérennité ».

2015 04 le-collectif chez-le-depute

Crozon Morgat, le Collectif en appelle au député

9 avril 2015 Le Télégramme

Le collectif de défense du port de Morgat est venu déposer un courrier à la permanence châteaulinoise du député, Richard Ferrand, mardi.
Il était accompagné de Bernard Le Bihan, président de l'Observatoire du littoral des îles et de la mer d'Iroise (Olimi 29). Celui-ci fait remarquer que suite à la décentralisation, le maire de la commune doit effectuer des relevés bathymétriques pour une bonne gestion du port. Or, si ces relevés ont bien été effectués, « ils n'ont fait l'objet d'aucune transmission aux autorités maritimes, afin d'anticiper toute modification nécessaire à la sécurité maritime des lieux ».

L'Olimi 29 demande donc au député d'aider à la modification législative « afin de renforcer la communication et la coopération entre les différents services ». Absent mardi, le député prendra connaissance de la demande à son retour.

2015 04 Ensablement

PORT DE MORGAT :
La mairie ne souhaite pas communiquer les relevés bathymétriques qui ont été réalisés en mars dernier. Au motif que les citoyens ne savent pas les interpréter.
On nous prend pour des nœud-nœuds !!!
Quel respect pour les citoyens !!!

Nous avons envoyé une lettre recommandée au Maire, demandant la communication des relevés. Suite à cela, la mairie a mis sur son site les relevés de mars 2015 sous une forme différente par rapport aux années précédentes. Peut-être pour que nous ne puissions pas faire de comparaison !!! Enfantillage

2015 04 02 T mouillage

Le collectif de défense du port de Morgat toujours mobilisé

Mars 2015

mars 2015

   Toujours pas rassurés, les membres du collectif pour la défense du port de Morgat. Bien qu'ils aient découvert et apprécié les prévisions du maire Daniel Moysan (Ouest-France du vendredi 13 février) sur les travaux portuaires (construction d'une digue pour résoudre l'ensablement et 110 places de ponton supplémentaires), ils attendent des faits, des dates, et des budgets.

Reçus par le comité de réflexion

Au cours d'une conférence de presse donnée hier vendredi, au bar l'Hermine en Saint-Hernot, les membres du collectif ont fait état de leur rencontre récente avec Jean-Pierre Robillard, responsable du comité de réflexion sur le port mis en place par le maire. « Il nous a écoutés, c'est déjà pas mal », souligne le collectif, mécontent toutefois de ne pas voir poindre la moindre avancée concrète. « Nous sommes des consultants externes. »

Ainsi, quand le maire évoque la construction d'une digue et d'une extension du port, « il n'y a pas de date, pas de budget concrètement exposé », regrette Catherine Roudaut, un des six membres du collectif présents à la conférence de presse.

Gestion du port critiquée

Le collectif critique durement la gestion du port, et exhibe le dernier numéro de Voile Magazine, qui classe Crozon 28e sur les 33 ports de Bretagne sud, et une seule étoile dans la case « accès au port », même si le commentaire stipule : « projet de dragage en cours ».

Le groupe craint que la troisième journée du dimanche du Grand prix de l'école navale ne puisse se dérouler : « La marée sera alors de 100, ce sera juste. Les bateaux pourront sortir, mais pas rentrer à l'heure pour la remise des prix. Les régates risquent d'être annulées. »

Pour Bernard Le Bihan, président de l'Olimi (Observatoire du littoral et des îles de la mer d'Iroise) : «La préfecture maritime ne savait rien de ce qui se passait à Morgat. Et si un bateau s'échoue à trois heures du matin dans le chenal, qu'est ce qu'on fait ? »

Dragage rapide et régulier

Le collectif préconise un dragage rapide du port, et régulier. Une facture estimée à 300 000 €. Dans une gazette copieuse de huit pages, pas encore imprimée, il donne dix raisons économiques pour désensabler rapidement le port : quarante emplois, huit pêcheurs professionnels, l'accueil de plaisanciers français ou étrangers, événements nautiques, etc.

L'équipe ne veut pas baisser les bras. « Tant que l'on n'aura pas de dates de travaux, des budgets consacrés au problème d'ensablement du port, même si ce n'est pas pour demain, nous resterons mobilisés », assurent-ils.

En attendant, ils se préparent à la prochaine grande marée. La mairie enlèvera de nouveau les passerelles d'accès au ponton, mais cette fois-ci, du 19 au 23 mars, avec des navettes permettant l'accès aux bateaux à 9 h et à midi.

2015 03 14 Télégramme3

Katway renversé

Ce matin lundi 30 Mars, un équipage composé de trois personnes embarquaient sur leur bateau au ponton E. Au moment de l'embarquement, la panne (Catway) )s'est renversée, deux des membres de l'équipage ont pu s'agripper au franc bord et monter à bord, le troisème est tombé à l'eau, hissé sur le ponton par les autres membres de l'équipage il s'est rendu à la Capitainerie ou il a eu un malaise et a du être conduit ...aux urgences de Landerneau ou il est toujours en ce moment (14h25). Cet accident aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

Ensablement du port.

Mythe ou réalité ?

3 février 2015 / Jean-Luc Padellec / © Le Télégramme -

Un bateau échoué sur le sable, en juillet dernier. « Une image ponctuelle qui ne saurait dégager une vraie tendance », répond le maire,

Le collectif de défense du port de Morgat juge très urgent de s'attaquer au problème de l'ensablement du port. « Rien ne presse », répond le maire, qui annonce néanmoins le lancement d'une étude sur les aménagements de l'infrastructure portuaire en 2016.

« Silencieusement, sournoisement, mais inexorablement, notre port s'ensable », s'inquiète avec gravité le collectif de défense du port de Morgat. Ce nouveau groupe constitué revendique 250 soutiens parmi les usagers du port, mais aussi des non-plaisanciers, commerçants et entreprises locales.
Dans un courrier, il demande audience au maire pour évoquer la problématique de l'ensablement du port. Par grandes marées, ses représentants constatent « que les pontons A et B sont inutilisables, tandis que les bateaux échouent dans le chenal par 80 de coefficient et que la grande cale est bientôt à sec ». Si rien n'est fait, ils redoutent que les quillards soient bientôt contraints de quitter Morgat.
Bref, il y a urgence selon eux à « engager l'indispensable chantier de remise en état ». Et d'insister sur la nécessité de programmer des dragages réguliers, parallèlement à un calendrier de démarrage de travaux pérennes, comprenant notamment le creusement du chenal permettant l'accès au port. « Des études avaient été menées, qui avaient coûté fort cher, mais qui n'ont pas eu de suite », poursuit le collectif qui se dit apolitique, mais « né de la lassitude ressentie, suite aux promesses non tenues ». Des études en 2016 Apolitique, vraiment ? Daniel Moysan avoue « quelques doutes », en observant que l'argumentation est un copié-collé de celle déjà entendue dans la bouche de Jean-Marie Béroldy, chef d'opposition au conseil, mais aussi suppléant de Louis Ramoné aux élections départementales de mars prochain. Quant aux accusations de promesses non tenues, le maire se dit droit dans ses bottes. « Je fais ce que je dis. À savoir, d'abord la partie terre de Morgat, bientôt terminée, ensuite la partie maritime. Cette dernière démarrera en fin d'année, avec le choix d'un bureau d'études.
Les études seront menées en 2016, puis l'on présentera une maquette en 2017, comme cela avait été fait pour Morgat Demain ». Et d'insister : « À écouter le collectif, il suffit d'un claquement de doigts pour mobiliser les financements et lancer les travaux. Qu'il sache que la semaine dernière, à Brest, je négociais le contrat de plan Etat-Région pour ce dossier ».
Gare à l'instant T Reste le fond du problème, et là encore, il n'y a pas d'accord sur la gravité du phénomène et sur l'urgence à agir. « On me parle d'ensablement, je parle de déplacements sédimentaires dans une vision plus globale. Il est facile d'extraire une photo à l'instant T. La réalité est plus complexe, car tout cela évolue. Les tempêtes de l'hiver précédent avaient ramené du sable, car on avait aussi dû protéger les ouvrages d'art en érigeant des dunes.
Aujourd'hui, les derniers relevés bathymétriques montrent au contraire qu'au niveau du chenal, le sable commence à nouveau à partir vers le large », assure le maire. Selon lui, la nature est donc en train de retrouver son équilibre, « même s'il conviendra, en temps utile, d'améliorer les choses. »

Samedi 21 février 2015 12:18 - Crozon - Le Télégramme

Crozon : Une centaine de personnes manifestent au port de Morgat.

« Désensablez-moi », tel est le slogan inscrit sur les badges portés par les organisateurs de la manifestation qui se déroule actuellement sur le môle du port de Morgat.

Le collectif pour la défense du port de Morgat créé il y a un mois réclame des mesures urgentes pour désensabler le chenal d'entrée du port qui gêne les voiliers dès un coefficient de 90.

P1D2721062G_px_640_

Ensablement.

Le maire répond au collectif du port de Morgat

22 janvier 2015.

Dans notre édition d'hier, le nouveau collectif pour « la défense du port de Morgat » soutenait que, « depuis 25 ans, les élus de la commune de Crozon se succèdent sans apporter de réponse cohérente et globale sur la question de l'ensablement ». Le maire, Daniel Moysan, tient, « au nom de la tradition républicaine », a rappeler le travail qui a été fait. « En tant que maire et outre les projets de mon équipe, il est de mon devoir de défendre l'action de mes prédécesseurs, au nom de la tradition républicaine et dans la continuité de l'action publique. Je ne peux pas laisser dire que rien n'a été fait par la municipalité depuis 25 ans.
En juin 2007, des travaux de désensablement avaient conduit à l'extraction de 42.000 m³ de sable. Lors de mon premier mandat, en mars 2009, ce ne sont pas moins de 12.000 m³ qui ont été extraits. C'est un sujet important mais difficile sur lequel nous travaillons actuellement et pour lequel nous ne voulons pas dépenser à tort ni notre énergie ni les deniers publics ».

© Le Télégramme