1 photo originale4

  • Caroussel 2
  • caroussel 4
  • caroussel 5
  • Caroussel 6
  • caroussel 23
  • Caroussel 8
  • Caroussel 9
  • Caroussel 12
  • Caroussel 13
  • caroussel 22
  • caroussel 17
  • carousel 20
  • caroussel 3
  • caroussel 14
  • caroussel 19
  • caroussel 18
  • 2015 07 17 Loch
  • 2016 03 27 antifouling5
  • Loc'h4
  • 2016 03 10 10
  • 2016 03 17 3

L'Association "Collectif de défense du Port et de l'Anse de Morgat", rassemble des usagers du port et aussi des personnes soucieuses de défendre notre site magnifique.

L'association compte actuellement (janvier 2018), 162 adhérents.

Pour adhérer à l'Association merci de remplir et de nous envoyer votre bulletin d'adhésion à l'adresse: Association Collectif de Défense du Port et de l'Anse de Morgat, 8 hent an treuz, 29160 Morgat.         Pour obtenir le bulletin d'adhésion, cliquez sur le lien ci-dessous:

Les membres du Conseil d'Administration de l'association:

- Philippe Cardon: Président
- Marie-Ange Bobrie: Trésorière
- Pierre Balay: Secrétaire
- Thierry Fenoy: Secrétaire adjoint
- Jocelyne Le clerc, Auguste Mérour et jean-Luc Sténuit : Chargés de missions.

Pourquoi la création d'un Collectif de défense:

Le Collectif a été créé fin 2015 devant le refus du Maire de Crozon de recevoir une délégation de personnes inquiètes pour l'avenir du port de plaisance de Morgat à cause de son ensablement. 

La lettre du collectif de défense du port de Morgat publiée dans notre édition d'hier (Ouest-France du mardi 3 février 2015) réclamant la tenue d'une table ronde avait fait réagir le jour même le maire Daniel Moysan. Il affirmait que le port n'était pas ensablé. Il a communiqué à Ouest-France les relevés bathymétriques que la commune fait réaliser tous les ans depuis cinq ans.

Sur notre document, qui réunit deux « photographies » des relevés, on peut ainsi voir qu'à l'entrée du port, les zones rouges, celles où les fonds sont vraiment hauts, se sont déplacées en quatre ans. Gérard Loreau, adjoint au port, qui fut une vingtaine d'années durant le président du centre nautique, affirme aujourd'hui que le banc de sable a changé de place. ( il ne faut pas être spécialiste, pour constater que la zone rouge à l'entrée du port ne s'est pas déplacée, mais que sa superficie a plus que doublé. De même la zone rouge au bout du quai des pêcheurs n'a pas bougé et sa superficie a été multipliée par au moins 20.
Monsieur le Maire et son Adjoint affirment, dans la Presse, devant ces relevés bathymétriques, preuves indiscutables de l'évolution exponentielle des déplacements sédimentaires, que le port n'est pas ensablé et que le banc de sable a changé de place. Mais que faut-il de plus pour accepter la réalité de la situation catastrophique due à l'ensablement du Port de Morgat !!! On nous prend pour des .....
Le Collectif de Défense du Port de Morgat ne comprend pas cette obstination à ne pas vouloir reconnaître ce problème grave, non résolu depuis 40 ans par les municipalités successives. )

Des relevés bathymétriques vont être effectués au mois de mars (2015). Les résultats donneront une autre vue de l'entrée du port.
( Nous avons demandé ces nouveaux relevés par lettre recommandée avec AR à Monsieur le Maire. Nous espérons une réponse positive ).

Relevés bathymétriques3

Relevé bathym2

MORGAT ET L'ENSABLEMENT

HISTORIQUE

Morgat est situé au fond d'une petite baie au nord-est de la baie de Douanenez, cette petie baie est bien protégée des vent d'ouest et de nord mais reçoit les vents d'est et de sud-est et le fort clapot qui peut en résulter ainsi que la houle déviée par le cap de la chèvre à l'ouest et la pointe du raz au sud. Les vents du nord-ouest à ouest peuvent lever un léger clapot...

DEBUT DE L'ENSABLEMENT

La plage était à l'origine une grève de galets ou le sable ne pouvait se déposer en raison de la force du courant de pente causé par la houle venant du sud et défractée par la pointe du kador et la falaise du menhir, la construction d'un mur de protection pour les bateaux de pêche brisa cette houle et le courant de pente fut pratiquement suprimé, par contre le clapot d'est continua d'apporter du sable qui, dès lors, pu s'accumuler donnant un embrillon de plage...

La construction du môle dit " des pêcheurs " continua à agrandir cette plage par le même effet et la digue extérieure actuelle rendit ce phénomène très visible et inquiétant.

Pourtant ce n'était qu'une chose très prévisible...

Les politiques s'adressèrent à des scientifiques ou pseudo-scientifiques qui prétendirent avoir fait des études de cet ensablement alors qu'il s'étaient contentés d'un survol rapide et quelque peu livresque prétendant que cet ensablement était dû à des courants alors que la vitesse maximum du courant de marée est de 0,1 noeud dans la baie donc totalement incapable de soulever le moindre grain de sable vu le peu de viscosité de l'eau, il fut question de faire une étude sur maquette mais les élus reculèrent devant le coût et seule une étude numérique fut faite à partir de données non vérifiées quand à la théorie de déplacement latéral du sable elle est valable sur une côte droite pas au fond d'une anse...

L'accumulation de sable au bout de la jetée du côté intérieur est du au fait que la houle déplaçant le sable le long de la jetée arrive là dans une zone calme ou le sable transporté se dépose...la houle poursuivant son chemin et va ensuite frapper la côte vers l'hôtel de la mer où le ressac causé par les murs et enrochements presque verticaux crée un courant de pente qui a suffisament de force pour entrainer le sable vers le fond de la baie érodant la plage; ce courant chargé de sable et se dirigeant est sud-est vers la plus grande profondeur, peut être observé par forte houle !

Le clapot produit par des vents assez forts est-sud est emmène le sable à l'intérieur du port et le courant de pente créé par ce clapot est trop faible pour ramener ce sable vers le bas ce dernier se dépose donc sur la plage et à l'intérieur du port.

Des pontons en bêton ont été coulé au bout de la jetée extérieure il y à quelques années dans le but de briser la houle et le clapot dans le port à l'image des barrières coraliennes entourant les lagons dans le pacifique cela en rehaussant le seuil a probablement rempli son office...il est maintenant question de les enlever car ils sont accusés de provoquer l'ensablement en bout de digue...une fadaise de plus dont l'imagination des Morgatois est fertile mais qui coûtera très cher et ne changera rien car la zone de calme en bout de digue subsistera !

Des différents que les municipalités de tout bord ont eu sur ce sujet ou sur l'agrandissement du port se sont toujours heurtés au fait qu'aucun cabinet d'études ou d'entreprises n'ai voulu s'avancer à promettre une réussite des solutions préconisées et quand on sait que, à l'heure actuelle encore, des scientifiques cherchent à comprendre le mouvement des sables sur les plages...

Louis VERVEUR

Ingénieur géologue IFP ( ENSPM )

Sédimentologue

Mar 8 fév 2011

compteur.js.php?url=RTeuxZMcyrA%3D&df=vW